Introduction

« Nous sommes les seules créatures à rire » Aristote


    Nous savons peu de choses sur le fonctionnement du rire dans le cerveau, mais nous pouvons dire qu'il y a des points communs avec le bâillement : le rire est involontaire, contagieux, et ce n'est pas un phénomène lié au langage, puisque le nourrisson rit bien avant de savoir parler.


    Le rire a un rôle social, il est « communicatif » et détend l'atmosphère. L'humour a différentes formes dans différents pays. Au Japon, les gens se forcent à rire lorsqu'il sont soumis à une peur soudaine ou irrationnelle. En Occident, le rire est associé à la moquerie, affectueuse ou critique. Dans tous les cas, le rire est souvent décrit comme un ciment social et universel : tout le monde le comprend. On peut dire que le rire est important pour l'homme, pour son moral, pour son intégration....


    Nous nous sommes donc demandés si le rire peut être considéré comme une thérapie. Afin de mieux cerner le sujet, nous nous sommes d'abord intéressés au mécanisme de fonctionnement du rire : s'il est déclenché par des muscles ou organes précis, ses effets dans notre corps, etc. Enfin, comment le rire peut-il nous être bénéfique ?


Plusieurs questions sont donc apparues à ce sujet :

    - Pourquoi rit-on ? Comment le rire se déclenche t il ?
    - Quels muscles et organes entrent en jeu ?
    - Quels sont les effets du rire sur notre organisme ?
    - Le rire peut-il guérir ?


Au final, nous sommes arrivés à la problématique suivante : Le rire peut-il être considéré comme une thérapie ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site