1. Les changements sur notre physique

  •     Au niveau de la respiration : le rire favorise les échanges respiratoires de manière mécanique. L’expiration est poussée plus loin que ne le permettrait seule l’élasticité pulmonaire, elle est faite de manière prolongée et saccadée


  •     Au niveau cardiovasculaire : le rythme cardiaque est accéléré en premier lieu, puis se ralentit. Les muscles des artères se relâchent, ce qui engendre une réduction de la tension artérielle. Le cœur est préservé.


  •     Au niveau digestif : Les muscles abdominaux se contractent avec une telle force que le ventre est massé et permet ainsi au système digestif (estomac, intestins, etc.) d'être brassé en profondeur.


    De plus, certains chercheurs stipulent que le « massage abdominal » engendré par le rire stimulerait la sécrétion des sucs pancréatiques et que cela aurait pour effet d'améliorer la digestion.

  •     Sur le système immunitaire : Apparemment, le rire ferait chuter le niveau de cortisol, une hormone qui inhibe l’activité du système immunitaire. Il ferait aussi augmenter la quantité d’immunoglobulines, des protéines qui reconnaissent et qui s’attaquent aux virus, bactéries et autres envahisseurs.


    Le degré d’activité des lymphocytes T cytotoxiques augmente. Ces derniers sont des cellules du système immunitaire qui reconnaissent et détruisent les cellules cancéreuses !

  •     Sur nos muscles : Le rire entraîne des contractions courtes et des spasmes du diaphragme. Lors du rire, ce dernier se redresse et le contenu abdominal est abaissé de haut en bas. Sous l’effet des muscles de la respiration, les épaules sont secouées et les autres zones musculaires se détendent.


    Les petits muscles du visage, les muscles du larynx, les muscles de l’abdomen ainsi que les muscles des membres sont également stimulés et ce sont les muscles du visage qui engendrent les expressions rieuses. Ils attirent les coins de la bouche et des paupières vers le haut. Les muscles des mâchoires, aussi puissants soient-ils, sont relâchés.



    Le rire libère alors les muscles du larynx en provoquant toutes sortes de vocalisations ou de cris. Le système limbique, qui est une partie « inconsciente » du cerveau, détermine l’intensité de la réponse allant du rire discret au fou rire éclatant. Le système limbique a la capacité de déconnecter le cortex conscient, ce qui expliquerait les rires incontrôlés.

  •     Quelques informations sur le rire : Un rire, c’est quelques quatre cents muscles de notre corps qui bougent. Aussi, une personne qui rit activement pendant une heure, brûle 500 calories !

    Pour se donner un ordre d’idée, un individu normalement constitué consomme entre 1500 et 3000 calories par jour, selon son âge, son sexe et son rythme de vie.


    On peut donc observer que le rire a un effet plus que bénéfique sur notre métabolisme. En effet celui-ci, en reposant notre cœur, nous permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Comme il agit sur tous les muscles du corps, il nous muscle indirectement, puis nous détend. Enfin, le rire est un sport qui nous fatigue, il est donc un remède naturel contre les troubles du sommeil.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site